Les 3 meilleures anecdotes du poker

Le poker a une histoire riche à travers les âges et les régions du monde. Les légendes sont parfois si marquantes qu’elles laissent leur nom à une pratique spéciale, même si la règle originale change ou disparaît. Drôles, étonnantes ou carrément bizarres, les anecdotes que nous vous présentons aujourd’hui ne vous laisseront pas indifférent !

« J’ai les Nuts ! »

Cette expression désigne une main imbattable, mais peu de joueurs connaissent véritablement l’origine de ce mot. Contrairement à ce qu’on pourrait penser, l’origine de « Nuts » est assez ancienne. Le Far West, plus exactement. Mettez-vous dans l’ambiance. Chevauchant à travers le désert, vous apercevez à travers les vagues de chaleur la silhouette d’une ville. Vous avez soif. Vite, un saloon ! Vous le repérez enfin, l’abreuvoir à chevaux déjà bien occupé. Une roulotte est parquée sur le côté, mais curieusement, le cheval en est séparé ! Un tournoi de poker doit certainement être en cours à l’intérieur du saloon. En effet, quand un joueur parie son cheval ou sa remorque, il devait retirer les écrous des roues de la roulotte (appelés « nuts ») et les intégrer au pot pour apaiser toute suspicion de fuite. Il est donc logique qu’un joueur qui mise « les nuts » ne peut que posséder la meilleure main !

Patience et longueur de temps…

Comme tout mythe, il est impossible de préciser si cette histoire est enjolivée ou si elle s’est déroulée exactement telle qu’elle est racontée. Quoi qu’il en soit, il n’y a pas de fumée sans feu ! La légende se déroule en 1949, au Binion’s Horseshoe Casino, à Las Vegas. Johnny Moss, qui deviendra par la suite une star du poker, invite son ami Nick « The Greek » Dandalos à jouer une partie. Et là, restez attentif, car vous pourrez utiliser cet argument pour échapper aux parties de Monopoly que vos neveux et nièces vous réclament depuis des lustres. La fameuse partie de poker a duré 5 mois ! Les joueurs ont pris des pauses pour dormir, et pour varier un peu les plaisirs, ils se sont essayés à toutes les variantes existantes. Au cours de ce jeu, Dandalos perd 4 millions de dollars, et la légende dit que le joueur grec a dit « Mr. Moss, I’m afraid I have to let you go » (« Monsieur Moss, je dois vous laisser partir »).

Le poker tue ?

On dénombre 3 victimes du poker à ce jour. Le premier, le gangster Arnold Rothstein qui a truqué les World Series de baseball en 1919. C’était un joueur compulsif qui adorait le poker. Il a connu une fin tragique dans sa chambre d’hôtel où il a été assassiné, autour d’une table de poker. La rumeur raconte qu’il a refusé de payer une mise conséquente et que malheureusement, ses adversaires, aussi crapuleux que lui, l’ont un peu mal pris…

Dans le registre de l’assassinat, Wild Bill Hickock s’est pris une balle dans le dos pendant une partie alors qu’il attendait qu’on lui distribue la 5ème carte d’une excellente main, deux as et deux 8 noirs. Cette main porte d’ailleurs le doux nom de « main de la mort » depuis ce jour… Sympathique, non ?

Enfin, un coup de malchance s’est abattu sur le pauvre Tom Abdo. Il est l’un des pionniers du poker à Las Vegas. Il a été victime d’une crise cardiaque un beau jour de mars 1967, pendant une partie de poker. Éternel optimiste, il a demandé à ce qu’on lui garde sa place, car pour lui cet AVC n’était qu’un contretemps gênant. La mauvaise nouvelle, c’est qu’il est décédé à l’hôpital quelques heures plus tard. Il a reçu les honneurs à titre posthume en 1982, dans le Poker Hall of Fame.

Friand de plus d’informations sur le poker ?

Venez consulter nos autres articles sur ce jeu qui peut devenir un métier :